Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 octobre 2006

LA CURE [Nouvelle 04 Part 2]

(suite & fin)

La propriétaire de la Jaguar était bien dans ce vieux lieu de culte.

— Dieu ! Que ma vie est triste, je n’en peux plus, je n’en veux plus. D’ailleurs, je suis venue te la rendre !

À genoux devant l’autel, une femme aux cheveux gris priait à haute voix, elle était vêtue d’un tailleur bleu ciel. La première phrase avait été prononcée sur un ton teinté de lassitude. Celle qui suivait, était plus agressive, saupoudrée d’arrogance.

— Vois comme je suis devenue vieille et moche, c’est ton œuvre! Y a-t-il de quoi être fier ? A quoi me sert de vivre dans un tel état de délabrement. Je n’ai plus de raison de vivre, alors je suis venue te prévenir, j’arrive ! Elle fouilla dans son sac et en ressortit un revolver à la crosse nacrée. Sa main droite faisait faire des moulinets à l’arme, tandis que la gauche, posée sur sa hanche, donnait à la dame un air provocant. Elle était vulgaire et ses arguments pauvres.

— Tu vois cette arme… c’est un huit coups. Il est chargé, je vais le retourner contre moi et je tirerai autant de fois qu’il faudra pour en finir. Mais tu m’entends au moins ?

Elle se tut. Elle attendait manifestement une réponse, mais seul un hibou se manifesta dans le lointain. Lasse d’attendre, ne serait-ce qu’un signe, elle continua en haussant le ton. Elle ne faisait que suivre les instructions données par la sorcière.

— Tu imagines les dégâts, une vie qui part, dit donc mon Dieu ? Il va y avoir du sang sur le carrelage, sur cette Sainte Vierge encore en bon état et sur les murs. Pourquoi ne réponds-tu pas ? Qu’ai-je de moins que les autres ? Alors, tu vas répondre, oui ?

Ce oui-là fut hurlé, elle était en furie, comme possédée par un vieux démon, tout penaud devant l’effet qu’il produisait encore. Puis elle se jeta au sol, son corps était secoué par des pleurs entrecoupés de rires hystériques. Elle ne s’embarrassait d’aucune retenue.

A cet instant un courant d’air aida la porte à se refermer en douceur. Dans le même temps, un nuage se glissa entre le soleil et les vitraux de la chapelle, la nef s’assombrit brusquement. La femme comprit que ces manifestations étaient les signes qu’elles attendait.

Elle attendait ce moment, elle s’y était préparée mais, ce n’était pas courant comme expérience. D’abord, elle perçut un simple raclement de gorge, rapidement suivi d’un énorme éclat de rire sympathique, la voix l’enveloppa, et ces premières paroles lui arrivèrent.

— Alors, vieille femme, c’est après moi que tu en as ?

Depuis l’instant où la porte avait claqué, la femme était comme statufiée, ses mains toujours posées sur la tête ; son corps replié sur lui-même, elle était toujours couchée. Seules ses lèvres remuèrent quand elle dit :

— C’est toi Dieu?

La réponse fusa, elle fut :
— Peu importe mon nom, mais ne prononce plus jamais celui-là en ma présence. Bon tu ne pouvais pas savoir. D’après ce que j’ai entendu mon enfant… tu permets que je t’appelle Monique ?

Dans sa position, Monique semblait tout permettre. Oui c’est cela, elle permettait tout à partir du moment qu’on ne la frappe pas sur la tête. D’ailleurs, histoire de se prémunir contre un proche avenir qu’elle sentait incertain, elle repositionna ses avant-bras devant son visage à la manière d’un boxeur remontant sa garde. Elle permettait, bien sûr qu’elle permettait, de plus c’était bien son prénom, elle était habituée à ce qu’on la nomme ainsi, elle le dit :

— Oui, oui je permets…
Puis elle referma la bouche.

— Bien, bien, c’est un bon début Monique. Comme je commençais à te le dire, j’ai compris ta requête. Tu es en veine, je vais faire quelque chose pour toi, Monique.

Elle se releva lentement, attentive à ne point se blesser sur les divers débris qui encombraient le lieu, elle épousseta méticuleusement son tailleur. Extérieurement tout son être exprimait la crainte, le respect, la peur. A part qu’elle ne savait pas où porter le regard.

Dans son for intérieur, l’ambiance était bonne. Son attitude, ses paroles, rien n’était spontané, elle avait tout manigancé. Elle ramassa son arme, la remit dans son sac.



En effet, le hasard n’était pas de cette partie. Ce n’était pas lui qui l’avait menée ici. Elle n’avait de penchant ni pour les vieilles pierres, ni pour la religion et elle éprouvait une aversion pour tout ce qui touchait le champêtre ; elle n’avait d’affection que pour sa propre personne et elle n’acceptait pas de vieillir.

Monique était venue sur les conseils d’une vague connaissance  encore plus âgée qu’elle, mais qui paraissait trente ans de moins. Elle lui avait donné, plutôt vendu chèrement, son secret. Pas de médicaments américains à vie, onéreux et incertains sur la durée, fallait juste rencontrer une personne un peu bizarre.

Pour la trouver, ça ne fut pas simple, elle vivait à l’écart de la ville, à l’écart de tout. Son adresse n’était connue que d’un cercle d’initiés. Certains disaient que c’était la dernière vraie sorcière, un démon femelle. Elle savait des secrets qu’elle n’aimait pas partager ; oui, parvenir jusqu’à elle lui avait coûté cher. Mais ça en valait la peine, ça valait même beaucoup plus et puis, quand on s’aime on ne compte pas.

Le premier rendez-vous fut fixé dans la nature, prés d’un rocher à la forme méandreuse, comme un gros serpent enlaçant un tronc planté perpendiculairement dans le sol. Monique était en avance, elle tournait autour du rocher afin de meubler l’attente et aussi pour vérifier s’il avait vraiment la forme du dessin qu’on lui avait confié, elle recherchait le serpent.
Bien sûr, si on le veut vraiment, ça y ressemble, se disait-elle ; elle se retrouva face à la vieille sans l’avoir entendu arriver. Elle ne pouvait pas se tromper, il lui manquait juste le balai et, de toute façon, il n’y avait personne d’autre des kilomètres à la ronde.

C’est comme cela que tout avait débuté. Tout en gravitant cote à cote, la sorcière lui révéla qu’il se passait quelquefois des choses inexpliquées dans une chapelle et que cela ne coûtait presque rien d’essayer, que qui n’essaye rien n’a rien mais qu’il vaut mieux tard que jamais. Ça avait marché pour d’autres alors pourquoi pas pour elle ?
Le plus dur avait été de l’écouter psalmodier sans fin, elle avait peur de l’interrompre, elle craignait de couper le fil de la conversation.

Monique n’avait rien dit durant tous les après-midi qu’elle avait dû passer en sa compagnie. Écoutant attentivement et prenant des notes, de peur qu’un précieux renseignement soit noyé au milieu de se déluge de mots. La mégère racontait n’importe quoi en mélangeant le patois, le français, le passé, le présent, le futur, les cieux et le sous-sol.

Finalement, la sorcière satisfaite de son écoute, lui fournit un plan qu’elle avait tracé préalablement  sur la feuille d’un vieux cahier d’écolier à spirales.
Puis, sur un calendrier des Postes, elle entoura au crayon une semaine entière, durant laquelle, d’après de très sérieux calculs basés sur le cycle de la lune et d’autres ingrédients plus obscurs, tout serait réuni pour la manifestation à laquelle Monique voulait prétendre.

Rajeunir, ça n’était pas simple ! La sorcière reçut le cochon qu’elle avait exigé comme paiement, Monique rajouta un flacon de parfum.



Monique n’avait même pas chargé son colt. Son plan avait bien fonctionné.
La Voix reprit :
— Je sais de quoi tu souffres, je vais te donner un coup de main, un coup de jeune. Va t’installer au volant de ton véhicule, regarde-toi dans le rétroviseur, tu vas être contente de moi… et de toi.

Monique fit ce qu’on lui demandait. Calée dans le fauteuil en cuir fauve de la Jaguar, elle ne croyait pas le reflet que lui renvoyait le rétroviseur. Un long moment s’écoula avant qu’elle ne lui fasse confiance ; elle se dévisagea avec attention.

Sa chevelure était repassée au châtain foncé, c’était dru au-dessus du front. Elle orienta le rétroviseur, comme un projecteur, vers son visage. Disparues les poches sous les yeux, disparues les rides, de véritables canyons pour certaines, qui quadrillaient de façon anarchique et autoritaire son visage cinq minutes auparavant.


C’était donc vrai. Elle était redevenu désirable, la vie était belle. Ses lèvres étaient brillantes, sa langue se chargeait de l’effet en circulant humide sur toute leur longueur. Elles étaient prêtes à embrasser. Monique avait perdu trente-cinq ans d’un coup, entre l’autel et l’auto. Elle avait réussi.

Elle enclencha la première et fit faire un tour à la clef de contact. La voiture brouta et parcourut quelques dizaines de centimètres avant de caler. Monique respira profondément et recommença, mais dans le bon ordre cette fois. Elle rejoint la départementale et commença sa descente vers la ville en fredonnant, « Ce soir je serai la plus belle pour aller danser…. », un air qui datait de ses vingt ans.

— Ça a marché ! ça a marché…

Ses seins étaient à l’étroit, elle les sentait, elle en avait perdu l’habitude, ils gonflaient. Elle en remercia la Voix.

— Merci… merci la Voix.

Cette dernière, qui était restée muette depuis la chapelle, émit :
— Ne me remercie pas, c’est tout naturel !

Monique, devenue presque adolescente sans le savoir, sursauta.
— Je ne savais pas que vous étiez encore là, m’sieur.

L’acné qui avait gâché son adolescence ressuscitait. Elle se fichait pas mal que la voix soit là ou ailleurs, finalement ça n’était qu’une voix. Une voix ce n’est pas physique, une fois qu’on s’est faite à elle, ça devient complètement inoffensif. Un simple lecteur MP3 avec ses écouteurs suffit à se mettre hors d’atteinte de ce misérable courant d’air bruyant. Mais pourquoi devoir la supporter encore ? Pourquoi n’était-elle pas restée là où elle l’avait entendue ? Mais l’autre ne voulait rien savoir.

— Je suis toujours là ! Sur la banquette arrière si tu veux, attentif, admiratif.

C’étaient les derniers mots que Monique entendrait. Elle eut rapidement un gros problème pour atteindre les pédales, ses jambes n’avaient plus la longueur nécessaire pour effectuer l’opération.
Ses bras étaient trop courts pour atteindre le rétroviseur grâce auquel elle aurait pu s’apercevoir qu’elle n’avait plus qu’une dizaine d’années.
Monique comprenait quand même, pas tout, mais au moins qu’elle s’était fait berner.
Elle se mit à sangloter, appela son père, sa mère. Elle rajeunissait trop vite, c’était insupportable ; sa vie défilait à grande vitesse sans possibilité de ralenti ou d’arrêt sur image, trop rapide… illisible.

Quelques centaines de mètres avant le lézard vert, elle chantonnait une berceuse, mouillée dans son pipi, Frère Jacques, il devait dormir encore.

Et ce fut le choc. De la fumée et des flammes, produites par un court-circuit, envahirent l’habitacle.

La voix se manifesta encore une fois, pour son plaisir, rien que pour elle, elle dit :

— Et voilà le travail !



Le lézard vert ne pouvait donc pas tout savoir. Si vous en croisez, dans le sud, ne vous acharnez pas sur eux, ils ne le méritent pas ; leur queue repousse, c’est un fait établi. Mais c’est douloureux, et rabaissant question amour propre. Épargnez-les, ils dansent si bien.

medium_lezard01.jpg



FIN

dimanche, 08 octobre 2006

LA CURE [Nouvelle 04 Part 1]

medium_lezard.2.jpg Le gros lézard vert n’en revenait pas. Il s’était forgé, avec l’aide du temps, une piètre opinion des êtres humains. Cette fois encore, cette espèce se révélait égale à elle-même. Jusqu’ici chaque contact, établi entre eux et lui, s’était soldé par une tentative d’amputation de ce qui faisait le plus sa fierté, sa queue. Durant leur enfance, les hommes voulaient vérifier si elle repoussait vraiment.

Comme si ce geste correspondait à un stade bien précis dans leur cheminement initiatique. D’où tenaient-ils cette sotte obsession, sinon de leurs aînés; qu’attendre de telles créatures, si violentes et primitives ? Rien, bien sûr, c’est ce qu’il faisait d’ailleurs, il n’attendait rien sinon un insecte à gober.

Pourtant, malgré cette belle indifférence, ils avaient réussi à le surprendre une fois encore.

Ce jour de juillet, il suivait nonchalamment les méandres d’une départementale de l’arrière-pays varois. La route ondulait au milieu d’une forêt de chênes-liège. Le soleil commençait à trouver le temps long, il attendait la lune tout en éclairant paresseusement ces dernières heures qu’il se devait d’assurer. C’était le contrat, depuis le premier jour.

medium_MK_II.jpg C’est à ce moment-là, que le petit reptile entendit des pneus crisser sur les gravillons ; la voiture passa tout près de ses pattes, une grosse Jaguar MK II, vert anglais métallisé, avec des roues à rayons. Il n’avait pu apercevoir le chauffeur, il se demandait même s’il y avait quelqu’un au volant.

Conducteur ou pas, l’auto quitta la route. La séparation fut définitive, et très violente pour le véhicule, qui s’encastra dans un grand chêne, arbre reconnu pour sa solidité, celui-là était bien bicentenaire.

Le lézard regardait la scène très attentivement, un détail le choquait. Travaillant par élimination, il trouva l’erreur ; elle lui apparut énorme. Que venaient donc faire des pleurs de bébé d’homme ? Il les avait entendus ces sanglots, et ce, dès l’instant où l’auto était arrivée à sa hauteur et jusqu’à celui où elle s’était écrasée sur l’arbre. Un nouveau-né avait pleuré avant de se taire, il en était certain.

L’arbre, intempestivement secoué, lâcha une averse de glands sur la carrosserie. Ils produisaient des sons différents selon leur taille et les parties qu’ils atteignaient. Improvisant un rythme primitif et basique qui atteignait, au plus profond de lui-même, le reptile à pattes. D’une démarche saccadée, chaloupée, épousant élégamment le tempo temporaire des glands devenus musiciens, il s’approcha de la limousine dans le but d’apercevoir l’enfant. Las, un début d’incendie dans le moteur l’en dissuada.

Le lendemain, les journalistes de la gazette locale faisaient preuve de leur manque de créativité. Une photo et un texte sur deux colonnes rendaient compte sobrement de cet étrange fait divers. L’ensemble, aimablement fourni par la Gendarmerie :

« Horreur sur la départementale », criait le titre. Le texte suivait, « Les gendarmes ont fait une bien macabre découverte sur le siège du conducteur d’une automobile de luxe de marque anglaise […] en effet un fœtus de sexe féminin à demi consumé […] recherche du propriétaire […] une sombre énigme à résoudre pour nos fins limiers […] Peut-être une intervention divine ou extra-terrestre… », suggérait en final, l’auteur de l’article, qui avait interviewé deux villageois.

Naturellement pas un mot du lézard, on le comprend bien ; lui-même avait du mal à le faire, à le comprendre, du coup il se mit dans la tête qu’il avait affaire à des journalistes incompétents, plus de collaboration que d’investigation ; ce qui conforta, s’il en était besoin, sa répugnance pour l’humain.

Cette limousine anglaise, avant de la voir finir dans un arbre, il l’avait déjà croisée en début d’après-midi. Elle était garée devant une chapelle abandonnée, une future ruine, bordée par des ronces et située au sommet du massif.

L’endroit était le plus souvent désert. Son ordinaire n’étant épicé que par les visites de couples préférant ce lieu bucolique au morne cadre d’un l’hôtel. Il en avait vu le lézard, il avait une langue très longue, mais très fine, pas assez large pour parler, juste satisfaisante pour siffler.

Il avait entendu la voix d’une femme, elle semblait très excitée. Une voix de géant lui répondait. Malgré les lieux, il ne se fit pas prier et, écoutant sa peur, il s’en alla.
Pour ces diverses raisons, il ne faut pas compter sur lui pour nous conter ce qu’il s’est passé entre la chapelle et l’accident, son rôle s’arrête ici.

C’est déjà pas mal pour un lézard !

 

(à suivre)