Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 septembre 2006

Dorénavant, dix employés tremblent.

Il y a deux ans, la fourniture de l'électricité a été ouverte au secteur privé pour les industriels. EDF et ses concurrents ont offert des tarifs 10 % plus bas que la normale. Alléchées, certaines entreprises ont saisi l'occasion de faire plus de bénef sans produire d'effort supplémentaire, normal, humain... (Mentalité type du battant 2006, de l'actionnaire). Mais, leurs dirigeants n'ont pas bien lu le contrat, ce qui est grave vu leur niveau, les avocats d'affaires sont faits pour eux, rien que pour eux.

J'ai vu un de ces personnages dans un journal de FR3, le 12/13 du 6 septembre à 12h34*.  Le directeur d'un très grand hôtel de la capitale se plaignait, ses factures allaient augmenter de 63 % en novembre, au renouvellement de son contrat chez le concurrent d'EDF.
Vu son profil, il devait être un chantre de la nouvelle économie, peut-être avait-il même investi en action chez ce concurrent, qu'en sais-je ?


Ce type n'a rien remis en question, il aurait pu dire : " je suis un âne bâté, mes conseillers idem, je vais payer, rembourser tous les mois, je ferai des heures sup gratis, je quémande un pardon sinon je tente le hara-kiri. Le public c'est mieux que le privé... au moins dans ce cas évident."


Que nenni, aucune critique acerbe envers ce fournisseur qui l'avait accroché avec des tarifs attractifs limités dans le temps tout en lui taisant l'augmentation future, rien. Dans ce contrat, il était mentionné aussi qu'une fois qu'il aurait quitté EDF il ne pourrait plus jamais faire machine arrière.

Il n'a pas lu le contrat, ce n'est pas possible autrement, il a vu : -10 %, il a foncé ; ils ont foncé. A la fin du mini-reportage, il a mentionné que l'augmentation de novembre serait équivalente à 10 emplois (300 000 Eur). Il ne comptais plus en Euros, il comptait en salariés, le choc sans doute. Oh, t'es riche toi ? Ben, ouais, j'ai 51 salariés...

Voilà un incapable, qui a fait un mauvais choix, qui n'a pas lu le contrat et qui nous parle de 10 emplois. Qu'est-ce qui ont fait, eux ? Et ça veut dire quoi exactement : C'est équivalent à 10 emplois ? Il va virer 10 personnes ou il fait une croix sur les 10 prochaines embauches ? C'est LUI qui devrait être viré !

 

*http://jt.france3.fr/1213/

14:50 Publié dans BRÈVES | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

bah ... le virer, pour le remplacer par son clone ???

non, exproprier le capital incapable de "bonne gestion" ...

Écrit par : les marques | vendredi, 09 mars 2007

tu as raison... mais le virer aussi, qu'il aille faire la queue à l'anpe

Écrit par : areuh | vendredi, 09 mars 2007

Malheureusement, il y en a des tonnes comme ça en France !
C'est ce genre de personne qui tuent des inspecteurs du travail (dans le dos en plus, quelle lâcheté). Et puis quand ils font faillite à cause d'une mauvaise gestion, ils continuent leur mauvaise foi, ils accusent je ne sais qui… bref, c'est toujours la faute des autres !
Moi, je trouve ça totalement idiot ce gâchis (argent, compétences)… s'ils parlaient au moins un peu avec leurs employés.
Si c'est pas malheureux…

Écrit par : Intérim | vendredi, 09 mars 2007

Les commentaires sont fermés.